Bordeaux primeurs 2016 ou un millésime miraculeux

Bordeaux primeur 2016
Bordeaux primeur 2016

 

 La gourmandise du vin  ... ...  

 

Qui aurait pu penser que l’année 2016 serait une année à « encaver » ?

 

Le vignoble de Bordeaux est passé par toutes les émoticônes :). Des rendez-vous des plus difficiles avec  pluie, grêle, gel, maladies, sécheresse….  

 

Flashback sur les mois passés … …

 

De janvier à début juin, de la pluie, de la pluie et encore de la pluie, plus de 800 mm. La vigne pousse généreusement. Une fenêtre ensoleillée inattendue à mi-juin permettra que la fleur se passe à merveille.

Juillet, août …. Un été chaud et très sec, qui apportera la structure tannique aux raisins et la puissance.

Mi-septembre, les orages viendront mettre fin à cette sécheresse  pour laisser place à un superbe été indien pour une maturité sans pareille.

 

Les vendanges démarreront mi-octobre sans stress, la qualité est au rendez-vous !!! 

 

 

Ces magiciens sont parvenus à tirer leur épingle du jeu malgré un temps capricieux, à donner naissance à des vins dont les attraits et les nuances sont autant de nouveautés. Une telle réussite a un aspect humain des plus attachants.

Ces  vignerons présentent certes des personnalités, sous le signe d’une passion commune pour des vins qui sont la quintessence d’un terroir.

 

Dans son ensemble, Bordeaux donnera des vins avec de la profondeur, de la densité. Un bel équilibre, une bouche fraîche aux fruits explosants, des tannins soyeux ….

 

Les « lettres de noblesse » sont de retour à Bordeaux pour ce millésime à « encaver ».  

 

Parmi les grandes réussites, on notera Palmer à Margaux, Léoville Las Cases à Saint Julien, Pichon Longueville Comtesse de Lalande à Pauillac, Calon Ségur, Montrose à St Estèphe, Les Carmes Haut Brion, Haut Bailly, Domaine de Chevalier blanc à Pessac Léognan, La Conseillante,  l’Evangile à Pomerol,  … ... et bien d’autres …

 

Passionné de vins, il était difficile de ne pas encaver quelques caisses.

 

Pour ce millésime, j’ai opté essentiellement pour les seconds vins des Châteaux. Ils  permettent d’être dégustés plus rapidement, leur prix est plus abordable et le rapport qualité-prix est plus juste à mon avis que sur la majeure partie des crus classés.

 

 

Mes coups de cœurs pour les rouges,

 

Les Pagodes de Cos, (Saint Estèphe), issu de 50% cabernet-sauvignon, 46,5% merlot, 3% petit verdot, 0,5% cabernet franc, voici un vin de plaisir, équilibré et voluptueux qui se distingue par son allure soyeuse. A la fois fins et complexes, les tanins apportent croquant et plaisir pour un millésime très prometteur, au style reconnaissable et affirmé.

 

Château Ormes de Pez, (Saint Estèphe) - Ce beau cru de Saint-Estèphe est connu pour sa constance qualitative d’un millésime à l’autre. Le 2016 offre un vin plein de richesse, finesse et élégance. Le nez, sur le fruit mêle des notes très classiques de cerise griotte, de mûre, de cassis… . La bouche, ample et fraîche, révèle des tanins soyeux enrobant une finale d’une grande longueur.  

 

La Réserve de la Comtesse, (Pauillac), est  issue de 54% cabernet-sauvignon, 37% merlot, 4% cabernet franc, 5% petit verdot. Ce millésime 2016 nous offre un très grand millésime, puissant, profond et d’une grande élégance.

 

Les Fiefs de Lagrange, (Saint Julien), un vin d’une couleur sombre aux reflets pourpres, un nez intense de cerise noires, crème de cassis et réglisse. La bouche est vive d’une grande fraîcheur. Voici un vin vibrant et équilibré. Probablement un des meilleurs Fiefs de Lagrange produit à la propriété.

 

La Parde de Haut Bailly, (Pessac Léognan), second vin du Château Haut Bailly, issu de 47% cabernet-sauvignon, 47% merlot, 6% cabernet franc. La Parde de Haut-Bailly 2016, illustre un niveau de sélection exceptionnel, il se démarque par une densité et une structure impressionnantes ainsi qu’une grande finesse aromatique. Il offre des notes florales, suivies de fruits noirs croquants. C’est un vin ample et puissant doté d’un bel équilibre. Ses tanins sont fins et soyeux. 

 

Château Le Pape, (Pessac Léognan) - Le profil de ce Pessac-Léognan remarquablement souple et élégant vient de sa majorité de merlot (80% environ), sur un sol à tendance argileuse, singulier en terre de graves. Un autre atout principal du Château Le Pape reste l’attention toute particulière dont il fait l’objet, de la part des équipes du Château Haut-Bailly qui assurent le travail à la vigne et au chai. Voici un vin rond et gourmand, avec des tanins soyeux, marque de fabrique de Haut-Bailly. Sa forte proportion de Merlot lui confère de beaux arômes de fruits rouges, cassis, fraise des bois, doublé d’épices poivrées. 

 

 Duo de la Conseillante est le Second vin du Château La Conseillante, produit depuis 2007 sur des parcelles sableuses à l'est du vignoble.  Un château reconnu pour produire des vins précis, extrêmement concentrés et aromatiques, avec un beau volume et des tanins très présents.

 

Pour les blancs, j’ai été séduit par l’Esprit de Chevalier, second vin du Domaine de Chevalier, un vin subtil aux délicates senteurs d'agrumes et avec des nuances minérales. Une production confidentielle qui mérite le détour !

 

Clos Floridène (Graves) - Appréciés pour sa pureté, sa droiture et sa minéralité, le 2016 est issu de 56% sauvignon, 44% sémillon.  Le Clos Floridène Blanc possède le caractère des vins issus des grands terroirs calcaires : couleur d'or vert, arôme intense aux notes fruitées de pêche blanche, citron, pamplemousse, nuances minérales, grillées, toastées. Saveurs puissantes et fraîches du fruit dans tout son éclat, densité et structure d'un grand vin blanc. 

 

Il ne restera plus maintenant qu’à être patient quelques années pour déboucher et savourer avec nos Drouzillas ces petits Bordeaux J 

 

Index des recettes       Index des recettes en photo

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0