Les coulisses de la cuisine du Clos ... ...

Les coulisses de la cuisine du Clos
Les coulisses de la cuisine du Clos

 

Découvrez la face cachée de la cuisine du Clos    ... ... 

 

Rien à cacher, tout à partager !

 

Glissez un œil dans les coulisses de la cuisine du Clos.

Je vous invite à une visite virtuelle de ma cuisine, une cuisine de tout ce qu’il y a de plus simple….

 

Mes ustensiles … …

 

Dans mes tiroirs et placards, vous ne trouverez pas de machine à pain, ni « le robot chef » qui cuisine tout seul. Pour moi, la cuisine c’est avant tout une envie de toucher, pétrir, émincer, sentir, jouer ...

 

Quelques spatules en bois, un simple batteur électrique, un mixeur plongeant pour les soupes, mon économe fétiche, deux couteaux bien aiguisés, quelques moules à tartes et cakes de différentes tailles et de l’improvisation. 

 

 

Découvrez les p’tits plus qui donnent du «peps » aux plats et font la différence :  

 

L’huile d’olive

 

Comme vous l’avez remarqué, j’en utilise souvent. C’est le soleil dans la cuisine ! Il en existe de nombreuses sortes, de nombreuses origines. Il est important de la choisir avec soin et ne pas choisir la moins chère. Personnellement, j’opte le plus souvent pour une huile vierge ou extra vierge, de pression à froid et bio si possible.

Je n’hésite pas aussi à changer et ne pas toujours utiliser la même. Cela me permet de découvrir de nouveaux producteurs, de nouvelles saveurs. Prochainement, je vous parlerai de l’une de mes préférées, l’huile d’olive de L’Oulibo.  

Si l’huile d’olive naturelle m’est indispensable, l’huile d’olive parfumée est un incontournable. Rien de plus facile à faire soi-même.   

 

Huile d’olive à l’ail

3 à 4 gousses d’ail pour 50 cl d’huile d’olive

Peler les gousses d’ail et les piquer deux ou trois fois avec un cure-dent. Les mettre dans une bouteille propre et remplir d’huile d’olive. Boucher et laisser reposer une dizaine de jours avant utilisation. Selon votre fréquence d’utilisation, vous pouvez « re-remplir » la bouteille lorsque celle-ci arrive à moitié.

 

Huile d’olive pimentée

3 à 4 piments secs, type d’Espelette, pour 50 cl d’huile d’olive

Emincer les piments secs finement. Les mettre dans une bouteille propre et verser l’huile dessus.  Laisser reposer 2 semaines avant d’utiliser.

 

Huile d’olive au romarin frais et thym citronné

Un brin de romarin frais + un brin de thym citronné frais + ½ rondelle fine de citron pour 50 cl d’huile d’olive. 

Laver le romarin et le thym et bien les sécher avec du papier absorbant. Il est important qu’il n’y ait plus d’eau et qu’ils soient bien secs. Mettre les deux brins et la demi-rondelle de citron dans une bouteille propre et verser l’huile d’olive dessus. Laisser reposer 2 semaines avant utilisation.

 

J’utilise également de l’huile de pépins de raisin – Une huile légère qui peut aussi bien être utilisée pour les vinaigrettes que pour les cuissons.  L’huile de noix du Clos vient agrémenter les vinaigrettes pour les salades, les gâteaux à l’occasion.   

 

 

Le choix des produits … …

 

Quand je me retrouve autour de la table avec des amis, les plats prévus sont rarement les plats servis. Tout évolue, change.  Je laisse mes émotions me guider sur les étals du marché. Si les légumes ne me sourient pas ou  si les fruits n’ont pas revêtu un arc-en-ciel de couleurs, je n’hésite pas à désorganiser la recette pour créer une association différente.

 

N’ayez pas peur de substituer un ingrédient par un autre. Le plus important est de travailler avec des produits sains, de qualité et de première fraîcheur. Des pommes abîmées ne feront jamais une excellente compote, tout comme un poisson qui cligne de l’œil ne donnera pas une bonne bouillabaisse.

 

Quelques produits frais choisis au détour du marché, un reste de la veille, une épice du fond du placard et la cuisine n’est plus qu’une succession de p’tits plats de gourmandise.  Rajouter à tout ça un soupçon d’organisation et logique, une cuisine propre et le tour est joué ! 

 

  

Les épices -

 

Indispensables pour donner une identité aux plats. Je les achète en petite quantité et les renouvelle régulièrement. Ma boutique préférée, la boutique « Izrael ». Située derrière l’Hôtel de Ville cette épicerie propose plus de 5000 trésors de saveurs. Une vraie arche de Noé de l’Orient : une immense variété de légumes secs et fruits secs, des riz introuvables, des olives dodues, des poivres d’origines diverses, des sucres méconnus. A découvrir au plus vite !!

Quelques produits frais choisis au détour du marché, un reste de la veille, une épice du fond du placard et la cuisine n’est plus qu’une succession de p’tits plats de gourmandise.  Rajouter à tout ça un soupçon d’organisation et logique, une cuisine propre et le tour est joué ! 

 

  

En pleine saison, je n’hésite pas à faire quelques provisions pour l’hiver, tel un p’tit écureuil. Quelques conserves de tomates fraîches, des herbes qui vont sécher dans un coin de placard, quelques échalotes du potager du Clos gardées au fond de la grange…   

 

Le congélateur est aussi un lieu de stockage qui peut se montrer bien pratique et éviter le gaspillage. Lorsque j’achète des herbes fraîches (persil, coriandre…), une racine de gingembre, il est fréquent que je n’utilise pas tout. Émincées finement, coupées en rondelles, elles se garderont sans problème dans un bocal hermétique au congélateur.

 

Cuisiner, c’est pour moi une façon d’évacuer le stress, de me vider la tête. Lorsque je suis entre mes casseroles et mes pots à épices, je suis tel un gamin dans un bac à sable.

 

La patience est un ingrédient indispensable pour réussir  toute recette. Et n’oubliez pas qu’il n’y a pas de petite ou grande cuisine, mais une cuisine que l’on aime, une cuisine que l'on partage. 

 

Albert  

 

Retour à l'index des recettes          Index des recettes en photo 

Écrire commentaire

Commentaires : 0